Le métier de puéricultrice

Une puéricultrice s’occupe des soins et de la surveillance des enfants en bas âge. Avec un parcours dans le milieu médicalisé, elle est parfaitement compétente pour veiller sur leur croissance. Intervenante au quotidien, elle se charge du bien-être des enfants qui lui sont confiés.

La mission de la puéricultrice

Métier de la petite enfance par excellence, la puéricultrice intervient pour la croissance de l’enfant, aussi bien pour des questions d’alimentation que de santé. Sa responsabilité n’est pas moindre puisqu’elle jouera auprès des parents un rôle d’information, de conseil et de réconfort.

En tant qu’assistante du pédiatre, elle sera apte à réaliser tous les actes infirmiers. Avec la capacité de repérer toutes les défaillances et les dysfonctionnements particuliers, elle saura se tourner vers les institutions responsables et de signaler toute anomalie.

Ses tâches quotidiennes seront diversifiées et elle sera chargée de l’examen, du suivi et du contrôle des bébés. Dans l’exercice de sa fonction, elle aura, par exemple à : faire des soins infirmiers (pansements, perfusions, prises de sang, …), partager les prescriptions médicales et surveiller les traitements.

Dans le domaine de l’encadrement, elle aura sous sa responsabilité les éducatrices, les auxiliaires et les assistantes maternelles.

Avec une faculté d’observation poussée, la puéricultrice saura donner du réconfort aux familles en temps voulu. Intervenant pour communiquer et rassurer, elle saura faire preuve de psychologie, face aux aléas financiers et aux freins psychologiques. Pour une grossesse et un accouchement harmonieux ou si vous souhaitez avoir des éclaircissements sur le développement de bébé, il est possible de les trouver sur : http://www.so-mam.com/.

Conditions de travail et aptitudes

Pour exercer, elle aura besoin d’un diplôme d’Etat d’infirmière ou de sage-femme. Elle travaille la plupart du temps dans un milieu hospitalier, aussi bien qu’en garderie ou à la crèche. Son cadre est évolutif selon qu’elle exerce dans un cadre institutionnel, privé ou conventionnel.

Ainsi à l’hôpital, elle sera rattachée à la maternité et à la nurserie, ainsi qu’au service pédiatrique, de néonatologie.

Dans le secteur privé, elle travaillera en coopération avec : le personnel infirmier et médical, les éducateurs spécialisés et les travailleurs sociaux. Son cadre de travail peut être celui d’une PMI (Protection Maternelle et Infantile), d’une crèche, garderie, etc. Les parents sont bien sûr les premiers concernés. Avec beaucoup de dialogue, elle les sensibilisera davantage sur des questions cruciales de prévention, de pédagogie et d’apprentissage, ainsi que tout le domaine relatif à la protection à l’enfance.

Du à un taux de natalité croissant en France, le métier de puéricultrice est en plein essor, avec de belles perspectives d’avenir.

Dans la fonction publique, une puéricultrice est classée dans la catégorie A.

En fin de carrière, elle pourra toucher dans les 2500 Euros. Sa rémunération est toutefois tributaire d’un certain nombre de choses. Sans compter sur son ancienneté, sa fonction sera paramétrée par le secteur d’activité et la convention collective y afférant.

Dotée de bonnes capacités physiques, son activité est astreignante, avec des horaires de nuit et du des obligations en week-end. Aussi bien dans le cadre hospitalier qu’à l’extérieur, elle aura la surveillance de plusieurs enfants sous sa garde. Elle peut être fixée sur un lieu de travail mais aussi se déplacer à domicile.

VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code